Batterie-Fanfare l'Avenir d'Albens

SITE OFFICIEL
L'Avenir d'Albens depuis sa création

Historique

Louis CAVALLO (Fondateur)

Gilbert BONTRON (Co-fondateur)

Pierre BUFFET (Co-fondateur)

Roger Richard (Co-fondateur)

Sommaire


Préambule

Au moins depuis le début du XXe siècle, il existe à ALBENS une fanfare (fondée en 1912). De part sa structure militaire, le corps de Sapeurs-Pompiers possède notamment sa propre Clique, qui accompagne le défilé de la fête patronale ou les diverses commémorations. Comme nous pourrons l’apprécier par ailleurs, pompiers et musiciens sont bien souvent les mêmes personnes !!

Après son retour de déportation à RAWA-RUSKA (Pologne), Louis CAVALLO retrouve sa commune et les siens et s’investit à nouveau dans la vie publique locale. Déjà Sapeur-Pompier avant la guerre, il rejoint le groupe informel de bénévoles qui assure la lutte contre les incendies. Après plusieurs incendies spectaculaires (dont l’incendie de la cordonnerie RAMAZ près de la gare), le manque de moyens est évident. Louis CAVALLO réunit une vingtaine de volontaires et ils refondent (toujours avec les moyens du bord) une nouvelle section de Sapeurs-Pompiers afin de mieux s’équiper. Il est alors Sous-Lieutenant et Chef de Corps.
Au début du mois de novembre 1952, il motive également quelques amis à le rejoindre dans un projet de création d’une clique. Ils ne sont que cinq lors de la première répétition dans la cave de la maison BUFFET…
Louis CAVALLO, Gustave DAVIET, François BERTHOD, Alphonse BUFFET et son fils Pierre, n’imaginent sûrement pas encore qu’ils viennent de poser la première pierre de ce qui est aujourd’hui une "institution" albanaise ! Ce petit groupe est très vite renforcé cette même année notamment par Gilbert BONTRON, Roger RICHARD et bien d’autres encore… Les débuts sont difficiles, mais assez rapidement, près d’une trentaine de musiciens intègre l’effectif.

Sommaire

1953 - 1980 : Louis CAVALLO

Le 1er janvier 1953, l’Avenir d’ALBENS improvise un réveil en fanfare de la commune pour fêter la nouvelle année… Dès ce mois de janvier, les musiciens répètent deux fois par semaine dans une salle de la mairie (actuelle maison des associations). Parfois même, ils défilent sur la route de SAINT-GIROD pour apprendre à marcher aux pas.
La tenue se compose alors d’une chemise noire, d’une cravate jaune, d’un pantalon gris et d’une casquette "aviateur". Le bureau fondateur de l’association se compose de Robert MONTILLET (Président), de Gustave DAVIET (Trésorier) et d’Alphonse BUFFET (Secrétaire). Quant à Louis CAVALLO, il était bien entendu le chef de clique.
Fin prête pour la vogue, la clique effectue sa première sortie officielle, le 7 juin 1953.
En 1954, l’association reçoit son premier drapeau, offert par sa première marraine, Madame RICHARD. Habitante d’ALBENS, elle était l’épouse du directeur de la Société des Vermouths RICHARD de CHAMBERY. Entre 1954 et 1958, la clique participe d’ailleurs à plusieurs reprises à la grande fête populaire de l’époque, la Cavalcade de CHAMBERY.

La Fanfare de l’Albanais voit également le jour à cette période. Elle est composée des Harmonies d’ALBENS, d’ALBY-SUR-CHERAN (dirigée par M. HOORT), de LA BIOLLE (dirigée par le Père PICON), de GRUFFY (dirigée par M. DAVIET) et de RUMILLY (dirigée par M. ORANTI). L’Avenir d’ALBENS devient la clique de cette fanfare et vient renforcer cet ensemble en y apportant ses clairons, ses tambours et ses cors. Cette entente comporte plus de 90 musiciens (dont plus de la moitié sont issus des deux formations albanaises !) et on répète dans les différentes communes, à tour de rôle.

Après l’enthousiasme des premières années, l’activité de l’Avenir d’ALBENS ralentit et la clique se retrouve vite en sous-effectif à partir de 1964. Quelques clairons assurent à ALBENS les sonneries réglementaires lors des cérémonies officielles.
De 1964 à 1973, Louis CAVALLO accompagné de Henri VAGNINI, Gustave DAVIET, Pierre BUFFET, Gilbert BONTRON et André GACHET vont jouer tous les jeudis à RUMILLY où ils complètent les rangs du Réveil Rumillien. Louis CAVALLO y est également Chef de clique. Après plusieurs années d’une collaboration sympathique et "festive", l’ambiance se détériore et la mésentente s’installe.

Toujours aussi volontaires, nos six compères décident au début de l’année 1973 de relancer les activités de l’Avenir d’ALBENS, sous forme de Batterie-Fanfare (et non plus d’une clique). Louis CAVALLO est toujours chef de musique, Raymond MOINE en prend la Présidence mais fut remplacé dès son décès par Gilbert BONTRON. Le recrutement des nouveaux membres se fait alors par voie de presse et par le bouche à oreille. La formation des jeunes est confiée à "Pierrot" BUFFET. La société compte rapidement une trentaine de musiciens.
La tenue évolue aussi : on porte alors une chemise blanche à manches longues, une cravate bleu marine, un pantalon bleu marine, des épaulettes et une fourragère bleu, et toujours la casquette "aviateur".
En juin 1973, la formation est au grand complet pour jouer à la kermesse de la vogue. Cette même année, on choisit Thérèse VAGNINI - alors propriétaire du Post’Bar - pour être la marraine de l’association. Elle l’est encore à ce jour.

En 1975, à la demande du commandant HOSPITAL, Louis CAVALLO crée la Clique des Sapeurs-Pompiers de la SAVOIE. Cette formation est d’ailleurs toujours active aujourd’hui. Jusqu’au début des années 1980, une dizaine d’Albanais (tous pompiers, sauf un…) participent régulièrement aux répétitions de cette clique dans les différents corps d’origine des Sapeurs. C’est aussi à cette période que Louis CAVALLO va entendre un air joué par l’Harmonie de SAINT-BERON qu’il va "réarranger" pour qu’il soit jouable par une Batterie-Fanfare. C’est ainsi que cet homme (qui ne sait pas écrire la musique !!) va créer "L’Albanaise", cette valse qui est un peu devenue l’hymne d’ALBENS et qui est interprétée à chaque fois qu’est donnée l’aubade dans la commune.

En 1979, à 67 ans, le Lieutenant Louis CAVALLO prend sa retraite des Sapeurs-Pompiers sous le grade de Capitaine honoraire. Et en 1980, des ennuis de santé le conduisent à arrêter également de jouer. Il cède alors sa place de chef de musique à André GACHET, présent dans les rangs depuis 1954.

Sommaire

1980 - 1992 : André GACHET

Sur l’ensemble de cette période, l’effectif se renforce pour compter jusqu’à plus de 45 musiciens dans ses rangs et le Chef GACHET (assisté par Dominique BILLAT) va largement développer les déplacements sur l’ensemble des Pays de SAVOIE et en ISERE. On peut entendre l’Avenir d’ALBENS à la vogue de SONNAZ, à SEYSSEL, à TRESSERVE, à la fête de la Jeunesse ou à la fête des Fleurs à AIX-LES-BAINS, à la fête du lac à ANNECY, à AIGUEBELETTE, à MASSINGY, à ARECHES-BEAUFORT, à VAL D'ISERE, à SAINTE-FOY-EN-TARENTAISE, aux SAISIES, à PEISEY-NANCROIX, à CREST-VOLAND, à LA ROSIERE, à SAINT-PANCRACE, à THORENS-GLIERES, à SAINT-ANTOINE-L'ABBAYE… En résumé, on bouge beaucoup et chaque déplacement en montagne est une fête !

La tenue prend également un coup de jeune : si la casquette "aviateur", la chemise blanche, la cravate et le pantalon bleu marine sont toujours de mise, les épaulettes et la fourragère deviennent blanche sur une veste bleu marine.

La commune compte alors deux ensembles musicaux puisque l’Harmonie d’ALBENS existe encore grâce à quelques musiciens, parmi lesquels on retrouve à sa tête Henri JACQUET (le beau-frère de Louis CAVALLO…). L’entente est très bonne : Henri JACQUET (qui décèdera malheureusement quelques années plus tard) donne des cours de solfège aux jeunes musiciens des deux sociétés qui jouent régulièrement ensemble.

Après le long "règne" de Louis CAVALLO, Dédé GACHET préserve un certain sens de la discipline dans les rangs et développe un certain niveau d’exigence technique. Même si le répertoire est encore très classique, il y introduit peu à peu des morceaux toujours plus difficiles à jouer. Durant cette période, un petit groupe de musiciens de l’Avenir d’ALBENS (les plus volontaires) participe à différents échanges et collabore occasionnellement avec d’autres sociétés de musique, notamment avec la Batterie-Fanfare l’Echo du Clergeon de RUFFIEUX (ils participent même avec eux à un concours dans l’Ain), l’Union Musicale de CRAN-GEVRIER (avec qui ils participent deux fois à la fête du Mimosas de MANDELIEU et se déplacent plusieurs fois en ITALIE) ou encore avec la clique d’ANNECY-LE-VIEUX. C’est aussi l’époque où les groupes de majorettes sont très nombreux et sollicitent parfois la fanfare pour la musique de leurs défilés, comme par exemple celles d’ANNECY et de CRAN-GEVRIER. Quant aux majorettes de l’Albanais, elles sont associées à la Batterie-Fanfare pour toutes les fêtes se déroulant à ALBENS.
Entre 1983 et 1984, l’Avenir d’ALBENS est également de toutes les manifestations organisées dans le cadre du jumelage entre ALBENS et CENESELLI (ITALIE), aussi bien lors de l’accueil de la délégation italienne que lors des voyages dans la plaine du Pô.

Enfin, entre 1982 et 1987, le succès de la Batterie-Fanfare était renforcé par la présence d’une personnalité très attachante : "Charlot".
Tout d’abord simple accompagnateur des musiciens lors de leurs déplacements, Victor BENETTI s’est rapidement improvisé comme clown et trouve une place un peu à part au sein du groupe. Alors habitant d’ANSIGNY, ce personnage bourré d’énergie et possédant un certain sens du spectacle a commencé à faire un peu d’animations dans les rangs des musiciens, puis au gré des rencontres dans le public, où il avait emprunté une canne, il s’était mis à imiter Charlie CHAPLIN… Très rapidement, la Batterie-Fanfare fait réaliser son propre costume à notre "Charlot", qui porte même un chapeau melon ! Il devient ainsi une sorte de mascotte, qui s’amuse au milieu des musiciens pendant les défilés ou bien qui développe ses talents d’improvisateur et de farceur auprès des personnes présentes dans le public (surtout auprès des dames d’ailleurs !). Les quelques années qu’il a passé parmi les musiciens ont certainement contribuées à faire grandir la renommée de la fanfare.

En 1990, très occupé par son travail de chauffeur routier, André GACHET décide de prendre un peu de recul et de transmettre conjointement la direction musicale à David BONTRON, qui sortait tout juste du Conservatoire.
Pendant un peu plus d’un an, ils assurent ensemble la direction de l’Avenir d’ALBENS. André dirige les cérémonies et les prestations "officielles" et David dirige les répétitions et quelques autres prestations. Pour l’anecdote, les musiciens albanais hébergent une musique roumaine lors du Festival des musiques militaires d’Albertville 1991. Ce partenariat sera l’occasion de rencontres très émouvantes entre d’accueillants savoyards et des roumains découvrant un "nouveau monde", bien éloigné des réalités de leur pays qui venait tout juste de vivre ses premières élections libres depuis plus de cinquante ans de communisme…

1992 : année des Jeux Olympiques d’Albertville
David BONTRON est alors choisi pour être l’un des porteurs de la flamme olympique lors de la traversée d’ALBENS. Symboliquement, ce fût l’occasion d’une passation de pouvoirs originale entre André GACHET, entré à la fanfare en 1954, et David BONTRON, fils d’un des membres fondateurs. La Batterie-Fanfare est une grande famille !

Sommaire

1992 - .... : David BONTRON

Pour la première fois de son histoire, l’Avenir d’ALBENS se retrouve avec un Chef qui a reçu une solide formation musicale. Sans tout bouleverser, David BONTRON introduit peu à peu l’utilisation des partitions (avant, on jouait de mémoire et à l’oreille) et intensifie le travail de formation musicale des membres de la fanfare. En 1993, on voit même arriver la première batterie.

Entre 1994 et 1995, David BONTRON part faire son service militaire à la musique du 27ème R.I. de DIJON. C’est alors Yves RAMAZ qui assure la direction en tant que sous-chef de musique.
1995, c’est également l’année où l’Avenir d’ALBENS voit disparaître Louis CAVALLO, son "père-fondateur".
Avec son jeune chef (il a 20 ans en 1993), le répertoire évolue rapidement (suivant l’évolution générale des Batteries-Fanfares en France) s’enrichissant de nouveaux morceaux moins marqués par la tradition de la musique militaire. "Petit Prince" joué pour la première fois à RANDENS en 1993 symbolise tout à fait cette volonté de s’ouvrir vers d’autres choses. A partir de là, on devient plus curieux : on achète des disques, on observe les autres formations plus "professionnelles".

L’année 2000 est également une année importante pour l’Avenir d’ALBENS. A l’occasion du 153e anniversaire du corps des Sapeurs-Pompiers d’ALBENS, la petite place devant la maison des associations (l’ancienne mairie) est baptisée "Espace Louis CAVALLO". La Clique des Sapeurs-Pompiers de la SAVOIE, dont il avait été à l’origine vingt-cinq ans plus tôt, participe également aux festivités.
Cette même année, l’association adhère à la Fédération Musicale de SAVOIE. Quatorze musiciens rejoignent ainsi l’orchestre départemental de Batterie-Fanfare de SAVOIE, sous la baguette de Serge GUINET, qui est parallèlement chef de musique de la Batterie-Fanfare de SAINT-GEORGES-D'ESPERANCHE(1) dans le NORD-ISERE. Ayant la chance d’avoir des musiciens dans chaque pupitre, ils se mettent à répéter ensemble de nouveaux morceaux, souvent plus techniques, pour l’orchestre départemental. Ce travail supplémentaire a abouti à la création du "petit ensemble". Cette formation peut ainsi jouer des morceaux plus complexes ou très différents du répertoire classique de la Batterie-Fanfare. Elle peut également assurer des prestations musicales nouvelles comme lors de sa collaboration avec la chorale "POLY'SONS" ou bien le guitariste rock Christophe GODIN lors de "Fanfarock" au BOURGET-DU-LAC en 2007. Certains morceaux joués par le "petit ensemble" intègrent même le répertoire de la "formation complète".
En 2000, Yves RAMAZ laisse sa place de chef adjoint à Jean-Christophe GRENIER. En 2001, et grâce à son site internet qui a vu le jour l’année précédente, c’est la première sortie hors de la région RHÔNE-ALPES, à ARNAY-LE-DUC (21), suivie en 2002 par une prestation à PORT-BARCARES (66) puis SISTERON (04) en 2004.

Juin 2003 : l’Avenir d’ALBENS fête son 50ème anniversaire.
C’est l’occasion d’un grand week-end musical à ALBENS. Le samedi soir, la Batterie-Fanfare de la Police Nationale de PARIS et ses 45 musiciens (dirigée par le chef-compositeur Guy COUTANSON) sont invités pour un grand concert de gala. Le dimanche, l’association organise également un festival des Batteries-Fanfares de la SAVOIE avec le Réveil Albertvillois (ALBERTVILLE), l’Echo des Gorges de Chailles (SAINT-BERON), la clique de CRUET, l’Echo des gorges de l’Arly (UGINE) et l’Echo du Bugeon (SAINT-MARTIN-SUR-LA-CHAMBRE) et avec la participation de l’orchestre départementale de Batterie-Fanfare de la SAVOIE. "L’Etoile d’Or" de LAUSANNE (SUISSE) est invitée comme musique d’Honneur. David BONTRON a même la chance de diriger l’interprétation par l’ensemble des formations de "Grenouilles Marche" (une de ses compositions) ! Quelques mois plus tard, l’Avenir d’ALBENS expérimente même une formation "banda" à l’occasion de la fiesta des Abadons, à ALBENS. Héritière d’une tradition musicale typiquement française, la Batterie-Fanfare a toutefois su largement enrichir et constamment élargir son répertoire, bien au-delà de la marche militaire.

En septembre 2005, toujours dans ce souci de partager de nouvelles expériences musicales, l’Avenir d’ALBENS s’engage pour la première fois de son histoire dans un concours et participe à CLUSES à "Cuivres au Sommet"(2) avec son petit ensemble où elle obtient un 2ème prix National avec une note de 26/40.
Pour le centenaire de l’Union des Fanfares de France (en juin 2006), six musiciens d’ALBENS ont participés avec les musiciens de la "Fraternelle" de SAINT-GEORGES-D'ESPERANCHE et ont eu l’honneur de jouer sous l’Arc de Triomphe pour le ravivage de la flamme du soldat inconnu.

Autre preuve d’une évolution constante et d’une approche très moderne, les tenues se sont enrichies petit à petit d’une version estivale (chemisette blanche à manches courtes, cravate et épaulette bleues), d’une tenue avec polo brodé pour les prestations festives, d’une tenue de Carnaval, avec poncho arc-en-ciel et chapeau mexicain et maintenant d'une parka pour l'hiver.

Juin 2013 : l’Avenir d’ALBENS fête son 60ème anniversaire.
Pour son 60ème anniversaire, elle décide de reprendre lors d'un grand concert rétrospective "sons & lumières", les morceaux qui ont le plus marqués l'histoire de l'association.
Pour l'occasion, des photos de chaque décennie sont projetées sur écran géant et une trentaine de "vieux morceaux" sont remis au programme. Plus de 150 anciens membres de l'Avenir d'Albens sont invités ce soir là pour partager ces souvenirs avec la population d'Albens.
Les élus de la commune ont profité de cet anniversaire pour remettre aux 3 fondateurs encore présents sur les rangs ainsi qu'à son Directeur la médaille de la ville.

Cette même année, 10 ans après sa première utilisation, elle officialise la formation "Banda" en tant qu'activité secondaire. Cette formation est destinée à animer les événements un peu plus festifs et moins officiels... Elle prendra le nom de "Band'Albens" en 2015.

Toujours aussi dynamique, elle recrute chaque année de nouveaux musiciens, contribuant à une pratique musicale collective et à une vie associative très active.
A noter que sont toujours présents dans les rangs aujourd’hui 2 de ses fondateurs en 1953, Gilbert BONTRON et Pierre BUFFET.

Sommaire

(1) De cette rencontre est d’ailleurs née une entente cordiale puisque les Batteries-Fanfares de SAINT-GEORGES et d’ALBENS jouent régulièrement ensemble, avec parfois jusqu’à 60 musiciens dans un même ensemble.
(2) Concours National d’ensemble de cuivre à son naturel.

Batterie-Fanfare l'Avenir d'Albens - 73410 ALBENS - bfalbens.com